Coaching de vie en Vendée et sur Internet

Les émotions sont nos alliées !

Si le coaching de vie t'intéresse pour booster ta confiance en soi et atteindre tes objectifs. Abonne-toi à l'infolettre pour être informé(e) des prochaines publications et des nouveaux services de Sélevéa ! Je m'abonne, ici !

Au début de mon parcours en développement personnel y’a une dizaine d’années, j’avais du mal à définir le mot émotion parce que je le confondais avec sentiment, ressenti ou encore sensation. Avoue que parfois ces mots sont utilisés les uns pour les autres, comme des synonymes. Pourtant, lorsque j’ai voulu en savoir plus à ce sujet, j’ai découvert qu’ils ne l’étaient pas. Et comment mieux gérer nos émotions, si nous ne savons pas ce que c’est et à quoi elle servent ?

L’émotion, une réaction de l’esprit et du corps

En faites, c’est assez simple. L’émotion est une réaction face à quelque chose. C’est un processus dynamique. D’ailleurs, le mot émotion est dérivé du verbe émouvoir,  qui vient de motion « mouvement », emprunté au latin motio « action de mouvoir, mouvement, trouble, frisson (de fièvre) ». C’est aussi une expérience psychophysiologique, car elle actionne des mécanismes qui associe la physiologie et la psychologie de l’individu. Par exemple, les émotions peuvent entraîner chez toi une modification du rythme cardiaque. Elles peuvent aussi te faire transpirer, rougir ou frémir. Mais rassurons-nous, heureusement l’émotion est passagère, spontanée et impulsive. Elle affecte le corps physique. Elle se manifeste d’abord de façon interne, puis génère une réaction extérieure. Par exemple, si je suis triste. Les commissures de mes lèvres auront tendance à s’orienter vers le bas. Mon regard sera plus absent et peut-être que mes yeux vont briller et je vais me mettre à pleurer.

L’émotion et notre vision du réel

L’émotion est causée par la confrontation à une situation et à l’interprétation que nous faisons de la réalité, en fonction de notre personnalité, de nos conditionnements et de nos expériences passées. La notion «d’interprétation de la réalité » est importante. En effet, l’émotion ne nous donne pas à voir la réalité, complètement telle qu’elle est. C’est une expérience subjective (relative au sujet, à soi) et non objective. En ce sens, elles peuvent nous en apprendre autant sur nous-même, que sur la source de notre émotion.

Prenons un exemple concret

Julien se promène dans le centre-ville de St Jean-de-Monts, par une bel après-midi d’été. Dans la rue piétonne près de la plage, il aperçoit à une terrasse de café sa petite amie en grande discussion avec un inconnu. Celui-ci lui met la main sur l’épaule en rigolant, comme si ils étaient proches. Réaction de Julien, il est en colère. Quel est cet homme qui se permet de telles familiarités avec sa petite amie ? Que se passe-t’il ? Son visage se crispe, il serre les mâchoires sans s’en rendre compte et aussi ses poings. Son rythme cardiaque s’accélère. Et il rougit. Finalement, il s’avance vers eux prêt à dire à l’inconnu de dégager de là. Mais, sa petite amie se lève, vient vers lui et l’invite à les rejoindre. Elle lui présente Kévin, un cousin éloigné, qu’elle n’a pas vu depuis longtemps et dont elle est très proche. Ils passaient toutes leurs vacances scolaires ensemble chez leur grand-mère dans le Sud Vendée. Julien se calme, car il est rassuré. Il s’était fait un film dans sa tête sur la situation. Que nous apprend cette colère teinté de jalouse ? Et bien que Julien a peur de perdre sa petite amie ou l’exclusivité de son amour, au profit d’une autre personne. Et que cette peur peut l’entraîner à percevoir une situation de façon erronée, jusqu’à faire une interprétation inexacte d’un geste de familiarité. L’émotion est une réaction, qui permet lorsque nous prenons le temps de l’accueillir, de l’identifier et de la questionner, de mieux nous connaître.

L’émotion bonne ou mauvaise ? L’erreur de langage à éviter !

Dire d’une émotion, qu’elle est bonne ou mauvaise, est une mauvaise façon de qualifier celle-ci. Nous devrions plutôt dire, qu’elle peut-être agréable ou désagréable à vivre, voire confortable ou inconfortable. Mais la notion de bonne ou de mauvaise est inadaptée pour définir une émotion. Car celle-ci comme nous venons de le voir est seulement une réaction à ce que nous vivons. C’est juste un messager ou un informateur. Est-ce que ton facteur est un gentil garçon quand il te donne un courrier avec l’annonce d’un gain et un mauvais, quand c’est une lettre avec une lourde facture à payer ? Évidement que non ! C’est pareil pour ton émotion. Les émotions font partie du fonctionnement naturel et sain de l’être humain. Il est plus avisé de parler de les accueillir, de les gérer ou de les comprendre. Car finalement, elles sont nos alliées.


Commentaire.

(Les commentaires sont lus avant validation.)